0

Le stress est un état connu, reconnu, subit par beaucoup d’entre nous. La société actuelle a favorisé cet état année après année, et 2020 avec l’apparition du Covid 19 a accéléré ce phénomène et malheureusement de façon durable. 

Quelles réponses à apporter sur ce mal sociétal ressenti fréquemment par près d’1 français sur 5  (20% de la population) environ 10 millions de français selon les dernières études ?

Plusieurs approches peuvent être envisagées pour ces personnes-là. Beaucoup s’orientent vers une approche médicamenteuse, d’autres plus spirituels ou encore bon nombre de personnes laissent se mal les ronger jour après jour, année après année.

Selon la littérature, le cannabidiol, la molécule non psycho active de la plante de cannabis, communément abrégé CBD, pourrait apporter une réponse naturelle à ce sentiment désagréable vécu par beaucoup de personnes.

Les preuves suggèrent que le CBD contrecarre bon nombre des effets indésirables du THC, mais de nombreuses études sur des animaux et des preuves accumulées provenant d’études expérimentales, cliniques et épidémiologiques chez l’homme suggèrent que le CBD possède de puissantes propriétés anti-anxiété.

Une réponse qui pourrait être apportée sous différentes formes, par voie orale, sublingual ou bien par inhalation, notamment pour les fumeurs leurs permettant d’obtenir une meilleure biodisponibilité de la molécule.

Une réponse naturelle oui, mais qui à l’instar des médicaments avait un cadre réglementaire assez flou en Europe et plus notamment en France.

Où en sommes-nous dans ce cadre juridique concernant le CBD dans l’hexagone ?

Le CBD, une molécule désormais règlementée dans un cadre moins opaque en Europe et a fortiori en France :

En effet, le 19 novembre 2020, la Cour de justice de l’Union Européenne (CJUE) a rendu son arrêt dans l’affaire C-663/18, dite Kanavape. Elle précise de façon claire que « Dans cet arrêt, la CJUE considère qu’en l’état des connaissances scientifiques et sur la base des conventions internationales en vigueur, l’huile de CBD ne constitue pas un produit stupéfiant. Elle en déduit que les dispositions relatives à la libre circulation des marchandises sont applicables à ce produit et qu’une mesure nationale qui interdit la commercialisation du CBD issue de la plante entière constitue une entrave à la libre circulation. » (cf MIDELCA https://www.drogues.gouv.fr/actualites/cannabidiol-cbd-point-legislation).

La MILDECA a donc revu sa copie afin d’actualiser ses préconisations dans l’utilisation du CBD.

Pour rappel, le texte initial mentionnait :

« Ainsi, certaines variétés de cannabis ou de chanvre, dépourvues de propriétés stupéfiantes, peuvent être utilisées à des fins industrielles et commerciales sous trois conditions cumulatives :

  • les variétés de chanvre autorisées figurent sur une liste ;
  • seules les graines et les fibres peuvent être utilisées. L’utilisation des fleurs est quant à elle interdite ;
  • la plante doit avoir une teneur inférieure à 0,2% en THC. »

Le deuxième point ci-dessus a été largement invalidé par la CJUE, qui a noté que le CBD est légal même s’il « est extrait de la plante de Cannabis sativa [chanvre] dans son intégralité et non de ses seules fibres et graines ».

Ainsi concernant la commercialisation des e-liquides au CBD en France, aujourd’hui en 2021, nous vous garantissons la légalité de la consommation de nos e-liquides Cool and Relax, car ils respectent scrupuleusement le cadre légal, à savoir l’utilisation de cristaux pur de CBD issus de variétés de chanvre réglementés et qui exclue totalement la molécule de THC dans le produit final. De plus avec l’actualisation des textes de lois, le CBD peut être extrait de la plante dans son intégralité désormais, ce qui nous donne un produit commercialisé totalement conforme avec le cadre en vigueur vous apportant toute la sécurité et les garanties pour une utilisation en toute quiétude.